The Lair's Legacy

Hub de plusieurs RP
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rise of the Old Gods

Aller en bas 
AuteurMessage
Varegue

avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 18

MessageSujet: Rise of the Old Gods   Ven 8 Juin - 21:45

Rome :



Plongé dans l'anarchie après l'assassinat de Caligula par sa Garde Prétorienne, l'avenir de l'Empire Romain est fragilisé par la Guerre Civile Républicaine qui voit le soulèvement des légions dirigées par des légats favorables au retour à la République. Tandis que les légions aux limes de l'Empire restent neutres afin d'assurer la sécurité de la population locale, celles se trouvant en Italie et dans ses régions alentours sont les maîtresses de l'issue de la guerre. Venues de Raetie, de Noricum, de Dalmatie, de Massilia et de Gaule Cisalpine, sept légions comptent dans les rangs républicains pour seulement trois du côté impérial. Au sud de l'Italie, à la bataille de Neapolis, le rebelle Sextus Pompeius Magnus, l'un des principaux chef du camp républicain, a été battu par les forces combinées de la Troisième Légion Augusta de Severus Dola et la nouvelle Quinzième Légion Primigenia fraîchement levée sur ordre de l'Empereur Claudius et mise sous les ordres du nouveau légat, Cnaeus Nepius Galba. Sextus se donna la mort après sa défaite, mais son irresponsabilité et sa témérité ne mis pas le camp républicain à mal pour autant. Tandis qu'en Narbonnaise les républicains ne peuvent pas avancer à cause des efforts de Sallustius Claudius Nero, cousin de Claudius et légat de la Huitième Légion Augusta défendant férocement le passage du Rhône, cinq légions républicains, après s'être emparées de Mediolanum, se dirigent vers Rome et Galba et Dola sont les seuls remparts face à la victoire républicaine. Il ne manque plus qu'à savoir la décision de la Sixième Légion Victrix, qui décidera de l'avenir de tout un Empire.

Reste de l'Empire :



De partout, les limes sont agitées. En Maurétanie, le Roi-Ami de Rome, Ptolémée de Maurétanie, est menacé de toutes parts par une révolte populaire et militaire qui pourraient être favorables à une annexion de l'Était-client par l'Empire. En Égypte, la Quatrième Légion Scythia et son Légat grondent de colère et un soulèvement est très probable et dépendra du résultat des combats en péninsule Italique. En Judée, le mouvement Macchabée gagne en popularité et il est très probable de voir une nouvelle révolte populaire de la part du peuple juif de Palestine. Les Marcomans se regroupent au bord du Rhin et menacent à nouveau l'Empire. La Seizième Légion Gallica tiens les frontières, mais pour combien de temps ?

Îles Britanniques :



Les derniers colons Scott viennent d'arriver en Calédonie, achevant la migration de leur peuple ayant entièrement quitté l'Ulster. Cependant, cette migration n'est pas sans conséquences car après la destruction ou l'assimilation de plusieurs tribus Pictes vivant là précédemment, ces derniers se préparent à mener une offensive contre ces envahisseurs qui oseraient s'emparer de leur terres. Le Pacte de Riata et le Pacte d'Alba risquent bel et bien de croiser le fer dans très peu de temps. Plus au sud en Bretagne, la détresse des Rois-Amis de Rome font sous-entendre une prochaine intervention de l'Aigle dans les îles.


Dernière édition par Varegue le Ven 8 Juin - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Varegue

avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 18

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Ven 8 Juin - 22:42

[-] Cnaeus Nepius Galba - Légat de la Quinzième Légion - - [-]

Cela faisait maintenant trois semaines que les deux camps se toisaient du regard sans que l'un n'ose faire mouvement et lancer l'attaque. Sur la rive nord de l'Arno se trouvaient les Républicains, sur la rive sud les Impériaux. Le gros des deux armées avaient établi leur camp sur la route principale qui reliait Rome à Mediolanum, c'est à dire que séparés par une centaine de mètres d'eau du fleuve, les légions adverses campaient sous l’œil vigilent de leur ennemi qui n'était pas si loin. En considérant que la composition de chaque légions présentes est de 6000 hommes combattants, on retrouvait à l'axe principal, là où les plus gros combats se dérouleraient, 30 000 hommes du côté Républicain contre 12 000 hommes du côté Impérial. Cependant, afin de s'assurer de ne pas être pris à revers, il existait le long de l'Arno, sur plus de 50 kilomètres, des lignes de défenses tenues par des unités auxiliaires. Ici, les impériaux avaient l'avantage, puisque ces lignes étaient alors tenus par 28 cohortes auxiliaires et 4 Alae, ce qui augmentait leur nombre avec 25 000 hommes supplémentaires, contre 24 cohortes auxiliaires du côté Républicain, ce qui leur rajoutait 20 000 hommes. Les Républicains conservaient l'avantage numérique.

La tension montait dans les deux camps alors que l'attente se faisait insoutenable. L'attente. Mais quelle attente ? On taisait souvent ce sujet, mais la majorité des soldats savaient ce qu'on attendait. Ce que Mars lui-même attendait avant de s'installer confortablement sur son trône olympique pour voir ses fils s'entre-tuer. Dans leur tente, Cnaeus et Severus discutaient de cette situation ambiguë.

- Nous avons l'avantage d'avoir des lignes de ravitaillement proches, courtes et continuellement approvisionnées, les rebelles ne pourront pas continuer à tenir ce front immobile pendant bien longtemps.

- Nos espions sont formels, depuis Mediolanum ils sont capables de ravitailler leurs légions sans problème, cependant ce n'est pas assez pour également nourrir unités auxiliaires qui sont littéralement oubliées au profit des légionnaires. On raconte que le moral est bas dans leurs camps.

- Tu penses que nous pouvons avoir une occasion de profiter de cela, Cnaeus ? fit le légat allongé dans sa couchette mais ne parvenant pas à être détendu en étant confortable dans son lit luxueux.

Cnaeus marchait en rond, mains dans le dos, fixant le sol alors qu'il faisait ça. Il était indécis et ne savait pas quoi faire dans cette situation et cela l'inquiétait. Un général qui montrait du doute, c'était toute une armée qui se mettait à perdre espoir. Il fallait se ressaisir et vite. Au moment où il s'apprêta à parler, un légionnaire poussa sur le côté le pli de l'entrée, rejoignant rapidement Severus et lui chuchotant à l'oreille avant de lui remettre un parchemin et de se retirer hâtivement. Le légat prit du temps à lire le papier tandis que Cnaeus le fixait, attendant longuement avant d'être pris d'impatience et de s'exprimer.

- Allons ... Parle !

- C'est un rapport d'un messager ennemi que nous avons capturé. Le fameux plan de l'ennemi ...

Cnaeus s'approcha de lui à pas vifs, s'emparant sèchement du papier tandis que Severus réfugia son visage dans sa main, soupirant avant de s'allonger. L'autre légat lut alors le contenu de la lettre. "La Victoire est en marche, et avec elle le salut de l'ennemi. La République renaîtra dans le sang des esclaves de César." Un message pas vraiment codé dont le sens des paroles pouvait être facilement deviné. Cnaeus réfléchit longuement avant de jeter le parchemin au flamme en soufflant du nez.

- Ne perds pas espoir Severus, c'est un piège. Ils nous ont délibérément laissé attraper le messager, tout cela pour nous induire en erreur.

- Et si tu as tort, Cnaeus ? Qu’adviendra-t-il de nous, mh ?

- Si j'ai tort, mon ami, alors l'Arno se teindra de notre sang et plus personne ne pourra sauver l'Empire.

[-] Tiberius Claudius Drusus Caesar - Empereur de Rome - [-]

Sur son balcon de marbre, se tenant au rebord en marbre derrière lequel il pouvait voir la porte nord de la capitale Romaine, Claudius épiait, pensif, le départ des bannières de la Sixième tandis qu'à côté de lui se tenait son scribe, occupé avec tout son lot de tâches administratives mais se devant, en tant qu'assistant de l'Empereur, toujours être à ses côtés, même si cela impliquait de porter son encrier et ses parchemins vierges. Ce dernier s'arrêta un instant dans son travail pour épier le visage de son maître. Claudius, âgé de cinquante ans, avait un visage qui reflétait bien son âge mais mal sa constitution physique. L'Empereur été jonchés de défaut. Il avait une démarche pitoyable, les genoux faibles, marchant étrangement avec son pied droit et avait des mains flasques. Son physique était disgracieux, mais son visage portait toujours la fierté d'un Empereur malgré le fait qu'il ne l'était que depuis un moins à peine. Cependant, ce même visage se targuait de concentration et d'une légère inquiétude.

- César ?

L'appel du scribe prit du temps à l'atteindre et à provoquer chez lui une quelconque réaction. Il eut une sorte de tic quand il semblait que "l'information" avait atteint son cerveau dans le sens où il eut un étrange mouvement de tête qui se balança de droite à gauche avant de se tourner vers son serviteur, puis de nouveau vers les braves de la Sixième.

- Je vois partir de ma ville une épée de Damoclès indécise. Un sauveur et un bourreau. Son esprit est illisible à l'instar de la plupart des mortels et Minerve refuse de me prêter la clarté de voir les desseins de cet homme. D'une simple émotion, d'une simple envie, par de simples mots, il peut faire résonner son nom et marquer l'Histoire que nos descendants liront. Il est les deux facettes d'un diamant qui ne demande qu'à être poli ou à s'assombrir. Mais qu'est-ce qui peut bien compter pour lui ? Qu'est-ce qui peut bien dicter sa raison ? Qu'est-ce qui peut le pousser à agir et à faire un choix ? Parfois, je pense que même les Dieux ne l'ont pas encore décidé pour lui. Il s'est affranchi de ce qui fait de nous des hommes inscrits dans le temps dont l'existence est finie. Il est maître de son destin mais aussi de celui de tout un Empire sans qu'aucune couronne de laurier ne repose sur sa tête. Qu'un tel individu puisse exister ...

Claudius prit une courte pause où il expira avant de fixer le vide d'un air lunatique et lugubre.

- Cela m'effraie.

Un long silence s'installa alors que le scribe fixait l'Empereur. Ce dernier n'était pas connu pour ses grandes capacités d'élocution. On le savait bègue, manquant de confiance et s'effaçant rapidement dans une conversation. C'était une toute autre personne que le scribe avait face à lui, et restant figé, gardant sa plume en l'air sans vraiment savoir où poser son bras, il resta muet. Claudius tourna la tête vers lui, le fixant avant de s'écarter du balcon et de se retourner vers sa chambre.

- Notez Aspasius, notez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ancien
Admin
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 13/12/2017

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Ven 8 Juin - 23:32

[☼] Decimius Vastalion - Légat de la Sixième - - [☼]

Descendant tranquillement les marches de la murailles, accompagné de Darius et de ses tribuns, casque sous le coude, l'air grave et le ton sévère.

-Je veux qu'on rassemble toute nos unités manquantes maintenant ! Antiocus, le message est parti?

-Oui depuis que vous l'avez décrété ils l'ont déjà sûrement reçu.

-Connaissant Cnaeus ils ont du l'intercepter, bien. Fit-il en mettant son heaume.

-Caius, tu conduira la première, mais je veux que tu m'écoutes sur toute la ligne avant de faire quoique ce soit, suis-je clair soldat?

Le ton qu'il employait fit sourire le gladiateur, se faire traiter de soldat et non d'ami marquer la teneur de ses propos. Il ne répondit que par un hochement de tête. Continuant leur marche vers les portes où attendaient la quasi-totalité de sa légion, Decimius fixa les bannières de la Victrix avec le même air grave.

-Marius ! tu feras ce que je te dis et uniquement ce que JE te dis, désobéir à mon ordre te coûtera ton honneur garçon. Lorsque nous y seront tu restera près de Caius, tu ne lâche pas d'une semelle. Caius tu sais ce qu'il te reste à faire avec le gamin, vous autres faites comme d'habitude, vous savez comment on fonctionne et comment la Victrix finit toujours par gagner.

-Decimius, tout ceci est réfléchit, nous nous battrons pour...

-Rome ne tombera pas dans la disgrâce une nouvelle fois. J'ai été clair sur ce point, nous ne nous battons pas pour une idée mais pour Rome. Déclama le légat.

Arrivant devant les troupes, les retardataires furent présent au moment où Decimius mit le pied à l'étrier de son cheval. Contemplant sa légion il n'avait pas la voix suffisamment forte pour se faire entendre par tous de là où il était mais la clameur des premiers atteindront le cœur des derniers. Darius prit place devant la première cohorte avec le jeune Marius à côté de lui, un sourire en coin sur les lèvres il jubilait. Decimius donna l'ordre d'avancer, préférant garder son discours pour le moment venu. Il jeta un coup d’œil à Antiocus.

-Lors de notre arrivée, Cnaeus ne saura pas si nous sommes alliés ou ennemi, les républicains le penseront évidemment je suppose qu'ils n'ont pas qu'un messager. Le message sera dans mon discours, il sait pour quoi je me bats inutile de renvoyer un message, son intelligence sera suffisante.

-Comment va-t-il comprendre que nous sommes de son côté juste en disant que nous nous battons pour Rome?

-Parce que lui aussi se bat pour Rome.


Dernière édition par L'Ancien le Sam 9 Juin - 2:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-lairs-legacy.forumactif.com
Varegue

avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 18

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Sam 9 Juin - 1:51

[-] Marius Nepius Galba - Tribun de la Sixième - - [-]

Une fois que les légionnaires se mirent en marche, le corps de la Tribune de la Sixième se mit en tête du peloton, suivi de près par le préfet de camp, l'Aquilifer ainsi que Caius, le Primus Pilus, accompagné des légionnaires les plus anciens et expérimentés de la première cohorte et avec pour exception le jeune Marius se trouvant à la droite du centurion. Marius appliquait à la lettre les consignes qui lui furent données. Avant même d'être à l'armée, Marius était déjà un jeune garçon discipliné et obéissant, sachant quand il fallait parler et quand il ne le fallait pas, comportement résultant du fait d'avoir été élevé dans une famille de soldats. Son grand-père était après tout un vétéran de la Guerre Civile qui opposa Auguste à Marc-Antoine, une époque qui paraît maintenant si éloignée. Aujourd'hui, c'était à son tour de se battre dans une Guerre Civile. Mais Marius était prêt à se battre nom pas au nom d'un quelconque chef ou manière de régner, il savait qu'il allait prendre les armes pour Rome, ce qui suffisait à le rendre certain de la vertu de son engagement et l'emplissait de fierté.

Naturellement, en uniforme de Tribun, il se dégageait du reste de la troupe. Une cape rouge, un plastron noir aux décorations se composant de lauriers blancs, un casque à crête noire, il avait une plus belle allure que les soldats l'entourant. Mais eux avaient testé leur acier, avaient connu des dizaines voir des centaines de batailles, avaient voyagé en Thrace, en Égypte, en Syrie et en Pannonie. De sa vie, Marius n'avait connu que l'Italie et c'était là qu'il allait d'ailleurs connaître sa toute première bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ancien
Admin
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 13/12/2017

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Sam 9 Juin - 2:32

[☼] Decimius Vastalion - Légat de la Sixième - - [☼]

Après quatre jours de marche et une demi-journée d'écoulée, les forces de Decimius arrivèrent sur le champ de bataille. Lentement en arrivant et pour donner du courage à ses hommes il entama un chant.

-Legio, Aeterna, Victrix

Il fut reprit par ses tribuns puis Caius qui commença à l'entendre se mit à le dire d'une voix forte.

-LEGIO AETERNA VICTRIX.

La première puis il fut lui-même reprit par sa cohorte.

-Aeterna, Victrix.

-Roma o Roma. Continua Caius.

Petit à petit le chant prit de plus en plus d'ampleur et bientôt toute la sixième clama en cadence tout en se positionnant à flanc de crête. Decimius leva le poing et le chant se stoppa en quelques secondes. Il fixa le champs de bataille au loin. Le fleuve séparant les deux armées, il fit signe de sonner le cor qui se fit entendre.

-Il ne t'entendra jamais d'ici Decimius. Lâcha Antiocus.

-Moi non, mais la sixième parlera pour moi.

Il se tourna vers sa légion.

-SIXIEME !

On entendit le mot se répercuter par la voix des centurions.

-Pour quoi vous battez vous !?

Presque à l'unisson la légion clama

-ROMA

Decimius se tourna à nouveau vers le champ de bataille.

-Ca va être rude. Allons-y tribuns, notre gloire nous attends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-lairs-legacy.forumactif.com
Varegue

avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 18

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Sam 9 Juin - 2:58

[-] Marius Nepius Galba - Tribun de la Sixième - - [-]

Marius inspira profondément alors qu'il vit le futur champ de bataille sous ses yeux. Les deux camps installés sur les rives étaient en pleine effervescence, s'activant et se démenant, l'un préparant sa défense et l'autre son attaque. Les auxiliaires faisaient de même, armant balistes et préparant arcs. D'ici, la tumulte causée par la Sixième ne se voyait pas, mais Marius se mit à imaginer ce qui pouvait passer à travers le cœur des hommes présents sur les lieux s'étendant sous son regard. Mais avant tout, il pensait à son père ...

[-] Cnaeus Nepius Galba - Légat de la Quinzième Légion - - [-]

L'arrivée de la Sixième retentit dans la vallée comme un séisme secouant la certaine harmonie qui régnait sur l'endroit. En peu de temps, tous les hommes s'étaient équipés et avaient rejoins contubernum, cohorte et légion dans une discipline et une préparation remarquable. Sur le bord de la rivière étaient déjà placés en ligne, bouclier au pied, plusieurs rangées de légionnaires qui tenaient fermement leur position. Devant eux se trouvaient les archers auxiliaires qui se tenaient derrière une grande barrière plantée plus tôt faites pour gêner les mouvements ennemis et avec des piques pour empêcher toute charge frontale directe. Cnaeus avait tout prévu, et n'attendait que le moment où ses ennemis feraient le premier pas. Lui, sur son cheval, était concentré sur l'autre rive, tandis que Severus ne pouvait pas tourner la tête autre part que derrière, tout comme le faisait la plupart des soldats. Quand les rangées de boucliers de la Sixième étaient visibles, les cris de joie des républicains rendirent perplexes les impériaux qui se regardaient hébétés, une crainte se mettant à les habiter.

- Cnaeus ... Cnaeus !

Cnaeus ne voulait rien entendre. Ce serait douter de son ami, et le légat de la Quinzième n'a aucun ami qui pourrait le faire douter. Vastallion ferait le bon choix, il en était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ancien
Admin
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 13/12/2017

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Mar 19 Juin - 17:17

[☼] Decimius Vastalion - Légat de la Sixième - - [☼]

Decimius continua d'avancer vers le camp, attendant que les Republicains entame leur avancée pour pouvoir prendre position auprès des Impériaux. Caius mit son masque de centurion, lequel était balafré en plein milieu et se tourna vers Marius.

-Rends ton père fier morveux. Ne meurs pas fils de Rome. Lui dit-il vant de prendre une grande inspiration en pensant à Céleste.

Decimius dégaina son glaive ainsi que tout les tribuns suivit par Caius et le reste de l'armée. Une tension était palpable. Puis ce fut le moment, lorsque les Républicains commençèrent à avancer Decimius attendit qu'ils aient suffisamment avancer pour tourner d'un coup sec vers les auxiliaires Republicains sur la rive gauche.

-Ne tuez que si vous n'avez pas le choix soldats ! Ils sont nos frères à nous de les remettre dans le droit chemin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-lairs-legacy.forumactif.com
Varegue

avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 18

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Mar 19 Juin - 20:19

[-] Marius Nepius Galba - Tribun de la Sixième - - [-]

Pour la première fois, Marius dégainait son épée non pas pour se dédier à un énième entraînement, aujourd'hui il se battait pour de vrai et son glaive viendrait peut-être à faire couler le sang, à moins que le sien ne coule avant. Pour de la bleusaille qui n'avait jamais testé son acier auparavant, il semblait bien flegmatique, ne laissant pas transpirer sur son visage une quelconque peur ou appréhension quant au combat à venir. Il était prêt à livrer cette bataille, qu'elle soit courte et brève ou longue et sanglante.

[-] Cnaeus Nepius Galba - Légat de la Quinzième Légion - - [-]

Les pieds dans l'eau, avançant au pas et en formation, les lignes de légionnaires républicains faisaient le premier pas et franchissaient la rive, se rapprochant inlassablement des forces impériales. Les rebelles semblaient bien confiants sur le sort de cette bataille, gardant leur discipline et l’homogénéité de leur formation mais n'hésitant pas à profaner de nombreuses insultes et à pousser de grands cris de guerre en frappant leurs boucliers. Une première volée de javelots impériaux calma leur fureur et les poussa à se ranger en tortue, avançant alors sous les pluies de flèches qui se mirent à voler en l'air pour les ralentir et donner le temps aux légions impériales de se mettre en place le long de la rive, jusqu'à ce que la tête de la dernière cohorte soit également en place. Les archers se retirèrent rapidement quand ils vinrent à être également vulnérables à une contre-attaque des unités à distance ennemies, laissant le relais à l'infanterie dont le centre était dirigée par Cnaeus lui-même, entouré de son aquilifer et de ses tribuns, ralliant ses hommes à lui, déterminé à tenir ce front qu'ils imposaient à l'adversaire.

Au loin, un clairon de guerre pouvait se faire entendre ainsi que le bruit du galop des chevaux, signalant le mouvement sur la gauche du camp impérial des alaes républicaines qui avaient sonné la charge sur les campements auxiliaires qui protégeaient le flanc. Dans l'immédiat, il était impossible de leur prêter main forte, et il fallait espérer qu'ils puissent tenir leur position. Plus loin peut-être, sur les autres kilomètres de ligne de front se livraient déjà des combats entre auxiliaires, et l'entièreté du fleuve allait bientôt voir se mêler sang et eau.

Sur le centre, Cnaeus enhardissait ses hommes. Il avait lu sur leurs visages la tension, l'angoisse et le doute, le doute que la victoire puisse leur appartenir et que le Dieu de la Guerre soit avec eux. Il leva alors son glaive en main, attirant l'attention de plusieurs.

- Mars !

Les premiers à répondre étaient les vétérans, les evocati ayant déjà fait parti d'une légion et qui comprenaient où le Légat voulait en venir. Ils levèrent également leurs glaives en hurlant.

- Exulti !

Cnaeus se répéta, les mêmes hommes qui avaient crié à sa suite également tandis que les autres se mirent l'un après l'autre à les imiter. Bientôt, tous suivaient la voix de leur légat et scandait la gloire et la bénédiction de Mars, une simple prière martiale composée de deux mots visant à obtenir l'attention du Dieu de la Guerre ainsi que son appui et sa force. Ils ne sentaient plus que l'air s'échappant de leurs poumons à chaque cri alors que l'ennemi se fit de plus en plus proche. Le voile d'ombre recouvrant leurs cœurs se dissipait et venait être remplacé par du courage et l'envie d'en découdre. Cnaeus savait comment se servir de ça. Donnant l'ordre à son aenator qui souffla dans son clairon, donnant l'ordre de charge alors que l'ennemi était désormais à cinq mètres, et ils les surpris alors d'une attaque frontale d'une violence inouïe portée par la détermination et la conviction des légionnaires de la Quinzième qui, malgré sa naissance toute récente, était déterminée à se tailler un nom et à rendre fier l'Empire. La mêlée commençait alors dans un combat brutal où l'on oubliait les valeurs pour se concentrer sur une seule chose : survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ancien
Admin
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 13/12/2017

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Mer 20 Juin - 14:06

[☼] Decimius Vastalion - Légat de la Sixième - - [☼]

Il fallut quelques minutes à Decimius pour placer sa légion, la bataille semblait avoir déjà commencer. Il descendit de son cheval et le donna à un messager qui partit avec. Les tribuns firent de même. Une fois à terre le Légat resta droite face aux auxiliaires républicains. C'était une tactique comme une autre, il avait prévu de frapper fort la ligne la moins "entraînés" des légions ennemies pour pouvoir pousser les dîtes légions sur le flanc gauche. Serrant les dent il appela sa garde à se ranger à côté de lui.

-Caius, à la première brèche, tu déchaînes la fureur de Mars, nous te suivrons à ce moment. LEGIO VICTRIX EN AVANT !

Le centurion derrière son masque de fer avait un léger sourire et fit quelques moulinets avec son glaive. En effet, la première cohorte de la sixième avait une formation un peu particulière. Composée de combattant aguerris et... Violent. Tous ou du moins une bonne partie étaient une boule de fureur près à exploser sur le champ. Darius sautilla légèrement. Voyant le jeune Marius faire un pas en avant il lui barra la route avec son bouclier. Le fixant de façon à lui faire comprendre que la cohorte dans laquelle il était ne prenait pas part aux batailles rangées. L'allure que lui donner le masque accentuer l'effet de charisme que celui-ci possédait déjà par sa taille. Il força le jeune à reculer d'un pas.

-Gamin. On est pas une légion comme les autres. Decimius nous as façonnées de sortes à ce qu'on surprenne l'ennemi. Ma cohorte est la force de frappe de la Victrix, derrière toi tu n'as pas des soldats disciplinés, tu as des tueurs, des gens qui sont comme moi avec une volonté inébranlable, de vrais guerriers. Pendant cette bataille je veux que tu sois tel un lion dans l'Arène. Tu es ici pour massacrer et non te faire exécuter. Lâcha-t-il en regardant la sixième avancer tandis que lui restait en arrière avec sa centurie.

Cette composition étaient assez étranges et plus ou moins risqués car 160 légionnaires de l'armée ne se battaient pas, attendant une brèche. Mais pour Caius, une brèche signifiait simplement un passage où les deux armées ne se font plus faces. Il fit quelques moulinets impatient.

Du côté de Decimius le choc fut frontal, bouclier contre bouclier, lance contre lance, javelots contre javelots. Tout du long Decimius tentait de raisonner ses adversaires.

-Vous êtes les fils de Rome, ouvrez donc les yeux, vous risquez la mort pour un mensonge ! Lâchez-t-il à ses adversaires mais cela ne l'empêchait pas d'en achevez.

La victrix faisait de son mieux, ne laissant aucunes parcelles mais en en gagnant quelques uns, avançant doucement mais sûrement sur le terrain républicains.

-On doit sortir du fossé, se battre dans le fleuve va nous épuisés, Victrix ! Poussez !

Une clameur se fit entendre et la victrix avança, inarrêtable. Caius fixait chaque endroit où il était possible de s'engouffrer. D'un réflexe il leva son scutum pour protéger Marius d'un javelot.

-Nous ne sommes peut-être pas dans le combat, mais nous sommes toujours des cibles Marius. Sois aux aguets. Aquilius, les hommes sont prêts?

Un homme plus petit que Darius mais plus grand que les autres légionnaires haussa la voix. Il semblait avoir servit sous Caius et la Victrix depuis un bon moment.

-Tous Caius, mais tu dois savoir que depuis que tu es partit un bon nombre est nouveau dans la centurie.

-Combien?

-Une trentaine, ils savent ce qu'on doit faire mais ne l'ont jamais expérimentés.

-Tant qu'ils savent se battre, ça me suffit. Marius, lorsque je vais commencer à charger attends qu'Aquilius passe devant toi pour le suivre. Tu te battras, mais je ne souhaite pas que tu meurs dés la première charge.

Faisant toujours un moulinet avec son glaive il attendit la meilleure occasion.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-lairs-legacy.forumactif.com
Varegue

avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 18

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Jeu 21 Juin - 21:59

[-] Marius Nepius Galba - Tribun de la Sixième - - [-]

Lors de la dernière consigne du centurion, Marius hocha vivement la tête. Certes, il avait le sang chaud et une grande envie d'en découdre, prêt à enchaîner les blessures et les balafres, mais mourir n'était pas dans les plans et être un idiot non plus. Il savait que la sagesse des "anciens" était précieuse et devait être écoutée. Malgré le fait que juste quelques années le séparait de Caius, il écouta ses mots avec grande attention.

- Je compte pas mourir sans avoir vu autre chose que l'Italie.

Sa voix s'efforçait de ne pas trahir des émotions qui seraient autre qu'une démonstration de son attitude prête à se battre. Lui aussi attendait avec impatience cette brèche.

[-] Cnaeus Nepius Galba - Légat de la Quinzième Légion - - [-]

Les Républicains s'était lancés dans cette bataille toujours sur le même pari : qu'importe la décision de la Sixième, il fallait agir maintenant. Le choix de Decimus était désormais visible de tous, et tandis que les rebelles semblaient dissimuler une quelconque réaction quant à ce revirement de situation, les Impériaux quant à eux semblaient s'être gâtés d'une hardiesse et d'un courage incroyable que personne n'aurait jamais imaginer s'émaner d'une légion récente composée principalement de recrues et de légionnaires levés il y a un mois à peine. Cnaeus dirigeait sur le passage du fleuve séparant les deux camps une ligne de front qui ne cessait d'avancer vers le camp républicain et de calmer leurs ardeurs qui s'amenuisait au fil de la bataille.

La réponse des légats traîtres fut rapide : Kaeso et Varus détachèrent leurs légions du camp principal où s'étaient regroupées les cinq légions républicaines, se mettant en marche sur le flanc pour aller s'opposer à la Sixième tandis que leurs tribuns avaient déjà pris la tête de deux unités de cavalerie pour aller rencontrer Vastallion. Parmi ces fameux tribuns se tenait Scapha, un vétéran des Légions à la grande notoriété et qui se dressait comme étant un véritable champion de la cause républicaine, un homme d'une taille relativement petite mais dont les prouesses au combat était connues de tous. Kaeso lui avait confié une mission simple : s'opposer au Champion de Claudius et rapporter sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ancien
Admin
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 13/12/2017

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Ven 22 Juin - 21:37

[☼] Decimius Vastalion - Légat de la Sixième - - [☼]

Là où les républicains semblaient vouloir faire couler le sang, Decimius n'était pas de cet avis. Il ne lancer pas de réelles offensives, il maintenait sa ligne de front uniquement pour parler à haute-voix, faisans couler le sang romain uniquement si nécessaire. A l'approche de la cavalerie il n'avait plus qu'une chose à faire. Créer la brèche. Le problème étant que les deux légions républicaine serait bientôt sur eux et encerclerait la centurie de Caius.

-Bordel...

Il fronça les sourcils réfléchissant. Il fallait reculer pour mieux sauter. Il attendit patiemment une assez bonne distance pour que les cavaliers continuent leur charge même dans le fleuve.

-On recule ! Ne leur tourner pas le dos restez face à eux, une fois dans le fleuve espacez vous !

L'ordre donné la Victrix se rabattit sur le fleuve et s'espaça le moment d'encaisser la charge adverse.

╬╬ Caius "Darius" Septimus - Gladiateur/Centurion de la sixième - -  ╬╬


Le géant fixa la formation adoptée par Decimius, il fronça lui aussi les sourcils avant de saisir un pilum et de le lancer de toutes ses forces. Caius était impuissant face à une charge de cavalerie. Il devait attendre encore, attendre que les légions se fassent fasse pour entrer en scène. Le javelot perça le vent et se planta dans le corps d'un centurion adverse.

-AUXILIAIRES ! VISEZ LES CAVALIERS C'EST VOTRE PRIORITÉ !

-Caius, ce n'est pas briser la formation de Decimius qu'il veule

-Je sais Aquilius, JE SAIS ! Ils n'auront pas sa tête. Vastalion est plus intelligent que ça, se foutre dans le fleuve ralentira leur vitesse, il sera plus facile de les abattra là. Ou ils vont descendre de cheval la formation reprendra.

Un autre pilum venu des républicain s'enterra devant Caius qui le saisit, le sortit de terre et le renvoya.

-Le problème c'est que se battre dans le fleuve c'est mauvais, la plupart des gars n'ont pas l'habitude alors pour ceux dont c'est la première bataille... Ce serait une mise à mort et non un combat. Cependant...

Le centurion tourna le dos à ses adversaire et marcha un moment entre ses soldats.

-Si Decimius retourne dans le fleuve il condamne la Victrix.

Il prit une grande inspiration se tourna à nouveau vers le fleuve puis poussa sur ses quadriceps pour partir comme un lion vers la cavalerie, Scutum relevé et face à lui

-DECIMIUS GARDE TA FORMATION NE VA PAS DANS LE FLEUVE JE M'EN OCCUPE

Un coup de sifflet retentit à nouveau et les soldats de Decimius se réorganisèrent rapidement sur la berge. Aquilius regarda hébété caius foncer seul avec pour objectif de faire face à une charge de cavalerie.

-Bon les gars, je savais que notre centurion était un putain de malade. Mais là il est temps de montrer votre bravoure et d'honorer votre serment.

Sur ces mots, Aquilius se précipita comme Caius, bouclier levé en hurlant suivit de la centurie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-lairs-legacy.forumactif.com
Varegue

avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 18

MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   Dim 24 Juin - 1:29

[-] Marius Nepius Galba - Tribun de la Sixième - - [-]

Bien qu'a l'arrière vis à vis de la réelle première ligne de la cohorte, Marius faisait partie des hommes qui chargèrent dans la rivière, prêts à s'abattre sur la cavalerie. Ces derniers réagirent très rapidement. Scapha, ayant conscience de la faiblesse d'une unité de cavalerie dans l'eau ou peut-être par peur de la charge de Caïus, fit s'arrêter ses hommes au banc de la rivière en ordonnant de battre en retraite. Mais la situation se corsa pour lui et ses hommes quant au fait que certains n'eurent pas entendu l'ordre et continuèrent leur charge, se retrouvant ainsi séparé du gros des troupes qui s'étaient alors arrêtées. Quand ils s'apprêtèrent à faire demi-tour pour effectuer l'ordre de retraite, ils devinrent une cible immobile qui fut fauchée par les volées des flèches des auxiliaires qui s'abattèrent pile au bon moment et c'était bien plus qu'une centaine de traits qui passèrent au dessus des têtes de la première cohorte pour semer la mort dans les deux Alaes. Ceux qui eurent la chance d'être partis attend virent leurs camarades mourir quand les flèches percèrent leurs lorica ainsi que d'autres qui se retrouvaient désarçonnés, étant soit tués dans la chute, soit se retrouvant sous le poids de leur cheval, soit parvenant à se relever mais étant complètement vulnérables face aux autres tirs d'archers et à la charge qui se rapprochait d'eux. De la poignée de cavaliers qui avaient continué la charge, la plupart réalisèrent trop tard leur erreur et furent tués à cause de leur panique tandis que rares étaient les equites qui avaient réussi à tuer un légionnaire. Ils se retrouvaient soit haltés et étaient jetés au sol avant d'être tués, soit un javelot venait apporter leur mort bien avant. Scapha se replia avec ses hommes tandis que ce côté de la rive était en train de devenir noir de monde et se recouvrait des premières cohortes des légions de Kaeso et Varus qui, s'alignant sur les anciennes positions détruites de leurs auxiliaires en déroute, attendaient de pied ferme les prochains mouvements de la Sixième.

[-] Cnaeus Nepius Galba - Légat de la Quinzième Légion - - [-]

La terreur de la guerre s'abattait alors sur ce champ de bataille immonde. Des esprits abattus se distinguant entre ceux qui pleuraient et ceux qui étaient trop sonnés pour continuer le combat, des membres et des têtes qui volaient dans tous les sens, du sang en abondance qui se mettait à changer la couleur de l'Arno qui virait à l'écarlate bien rapidement. Cnaeus se pataugeait au milieu de tout ça, déterminé à ne pas rester à l'arrière et d'être aux côtés de ses hommes là où le combat était en train d'être mené. Le combat au niveau du fleuve fut décisif au moment où, alors que les lignes s'effondraient et que le combat se jonchait de duels entre légionnaires éparpillés, un jeune signifer agita son enseigne et rassembla un nombre considérable d'hommes à ses côtés pour créer une nouvelle ligne qui mit fin à ce combat désordonné en ralliant les hommes et en relançant l'avancée qu'ils avaient commencé quelques cinquantaines de mètres derrière.

Aucun des légats républicains n'étaient visibles. Les officiers qui tenaient les cohortes rebelles en ordre n'étaient que des tribuns et des centurions qui s'acharnaient à contenir la fureur de l'Aigle Impérial. La Troisième Italica et la Quinzième se battaient ensemble, comme des frères, menant un combat héroïque qui prouvait bien à quel point les légionnaires qui composaient ces deux légions était persuadés de la légitimité de leur cause tandis que les soldats en face étaient plus frappés par un sentiment de doute. Cela vit plusieurs légionnaires républicains battre en retraite derrière les cohortes qui avaient pris pied sur les bords de la rivière, renforcés par des unités auxiliaires, prêts à repousser les efforts de Cnaeus.

- On ne pourra jamais passer cette ligne, mais on va rester vulnérable en se tenant ici Cnaeus !

Le tribun avait raison et Cnaeus hocha la tête quand il entendit sa remarque. Cependant, après toute cette lutte, il était hors de question de reculer, il fallait tenir l'endroit en attendant que l'ennemi ne s'épuise et perde patience ou alors que la Sixième ne finisse par parvenir à prendre leur flancs.

- Testudo !

Les légionnaires de la Troisième et de la Quinzième s'organisèrent alors rapidement, ce flot de soldats se disciplinant de manière à former une tortue, et ce juste à temps puisque les auxiliaires républicains les arrosèrent alors de pluies de flèches. Les prochaines minutes seraient décisives pour le sort du légat, et il en avait conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rise of the Old Gods   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rise of the Old Gods
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carthage, Rise of the Roman Republic - GMT
» Ambassade RISE
» Rise of the Apes.
» Khan : rise of the Mongols
» Rise of the Eldrazi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lair's Legacy :: ROTOG :: Le RP-
Sauter vers: